Col du Portillon : « Face au coup de force de l’extrême droite, nous demandons à l’État de réagir fermement »

Réagissant à l’opération anti-migrants dans les Pyrénées, Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, Georges Méric, Président du Conseil départemental de la Haute-Garonne, Joël Aviragnet, député de la 8ème circonscription de la Haute-Garonne et Eric Azemar, maire de Luchon, font une déclaration commune

 

« Depuis ce matin, quelques activistes du groupuscule d’extrême droite Génération Identitaire se sont installés au Col du Portillon pour ce qu’ils qualifient eux-mêmes « d’opération anti-migrants ». Cette opération, menée en toute illégalité, a seulement pour but de créer le « buzz » médiatique et ainsi permettre à ces extrémistes de développer leur discours de haine.

 

Nous demandons au Préfet de la Haute-Garonne de mettre fin fermement et sans délai à ce coup de force, indigne et contraire aux valeurs de la République et de notre territoire. Nous demandons de l’Etat de poursuivre ces individus et cette organisation, comme il l’avait fait suite à une récente opération dans les Alpes, car ils tentent de créer une confusion avec l’exercice d’une fonction publique, là aussi, passible de sanctions. Nous demandons au ministère de l’Intérieur, comme l’ont déjà fait avant nous nombre d’associations et d’élus, de procéder à la dissolution de ce groupuscule d’extrême droite violent et dangereux pour notre pays. »

L'actualité

Réforme de l’apprentissage : 3 questions à Emmanuelle Gazel

Le Premier ministre a présenté le projet de réforme de l’apprentissage le mois dernier. Enjeux, conséquences… nous revenons sur les principaux points de la réforme avec Emmanuelle GAZEL, Vice-présidente de la Région Occitanie en charge de l’emploi, de la formation professionnelle et de l’apprentissage.

Lire +

CP – Carole Delga : «Non, Beaucaire n’est pas victime de discrimination, oui, je combats les idées d’extrême droite et les combattrai toujours »  

La décision de la Cour d’Appel de Nîmes de me condamner vient contredire le jugement en première instance qui avait déclaré la plainte du maire de Beaucaire « irrecevable », suite à un différend sur le Contrat de ville de 2015, portant sur l’ajout de plusieurs projets, sans concertation avec la Région, pourtant premier financeur.  Je réaffirme

Lire +